Le village de Morlet

Le village de Morlet en vidéo

Le Concert Audio

Le concert de Jazz, quattuor de Saxophone à Epertully
En vidéo

Le Canton d'Epinac au début du (20ème) siècle

Le livre Le Canton d'Epinac au début du siècle de Lucien Taupenot.

sert de file rouge à l'association Musique aux Champs pour voyager dans l'histoire des villages du Canton d'Epinac en musique. Cet ouvrage sert de référence et de source, différentes pages du livres seront citées au fil du voyage.

Lucien Taupenot était un médecin et écrivain, chevalier de l'Ordre national du mérite et chevalier des Arts et des Lettres, originaire d'Epinac. Il a écrit plusieurs oeuvres de fictions et historiques sur la Bourgogne et la région de l'Autunois Morvan.

Première de couverture du livre: Le canton d'épinac au début du siècle | Lucien Taupenot 1986
Première de couverture du livre: Le canton d'épinac au début du siècle | Lucien Taupenot 1986

L'histoire du village de Morlet

Plan d'assemblage en relief de la commune de Morlet | Archives de Saône et Loire ref : 3P1887
Plan d'assemblage en relief de la commune de Morlet | Archives dep. de Saône et Loire ref : 3P1887
Photo de la colline de Martreux à Morlet | Musique aux Champs 2018
Photo de la colline de Martreux à Morlet | Musique aux Champs 2018

Tout comme sa proche voisine «Collonge-la-Madeleine», Morlet entre dans l’histoire au moment des invasions Sarrasines qui dévastèrent Autun en 731 (Ces évenements sont aujourd'hui remis en question par les historiens) . Ces combats constituent la base de la légende de Saint Emiland venu au secours des chrétiens Bourguignons et fut massacré dans une clairière. Les tombeaux dits «Sarazins» de la colline de Martreux à Morlet témoignent de ces engagements. Le nom de Morlet est imposé au village par le seigneur des lieux en 1700 en remplacement du nom «les Loges» donné au village en 1224 par le seigneur Guillaumes des Loges possesseur également de terres sur Antully.

Un différend a d’ailleurs opposé les religieux du Monastère du «Val-Saint -Benoît» au seigneur Des Loges.

Les moines ayant détourné à leur profit la Drée au «Gour Golifier» privant en eau, les terres de Monestoy. Le seigneur des Loges se comploignoit desdicts religieux, en disant que le poisson du Gour de Golifier, où il a sa pêche, pourroit entrer dans leur bief et, par ainsi, seroit diminué sa pesche….Encore disoit que lesdicts religieux faisoient estancher ou escluser dessous le Gour de Golifer à son préjudice, empeschement d’abreuver les pâtures en la terre Monestoy en laquelle ses hommes ont accoutumé d’user de vaines pâtures… Page 89.

Photo du monastère Val-Saint-Benoît | Musique aux Champs 2018
Photo d'une tombe au monastère du Val-Saint-Benoît | Musique aux Champs 2018
Photo d'une tombe au monastère du Val-Saint-Benoît | Musique aux Champs 2018

Or les seigneurs des Loges du 13ème au 16ème siècle furent d’ardents protecteurs du monastère et consacrèrent une grande partie de leur fortune à l’embellissement des lieux. Ainsi les tombes des héritiers successifs, aux armes d’or au chevron d’azur, venaient se ranger tour à tour sous la garde des cénobites. Simon des Loges bailli d’Autun en 1500, fit construire contre l’église priorale du monastère du val Saint Benoît, la chapelle des Loges, un joyaux d’art flamboyant.

Guillaume de Loges avait édifié vers 1420 le château de Morlet cette importante forteresse qui fut en partie reconstruite par un descendant, Pierre des Loges en 1584. Actuellement le château n’a conservé qu’une aile du 15ème siècle modifiée au 18ème et flanquée d’une tour carrée et au levant d’un énorme donjon surmonté d’une toiture impressionnante. La chapelle du château, sous le vocable de Saint Ursin, contient un retable provenant du Val-Saint-Benoît. Au 17ème siècle les De Permes d’Epinac prennent possession des lieux comme en témoigne la recherche de feux de 1645 :

Photo du château de Morlet | Musique aux Champs 2018

Les Loges appartient à Monseigneur de Pernes. Scitué en un vallon d’assez bon rapport. Huges Mareschal, collecteur de taille, assité de Philibert Pillet, eschevin. Environ 240 habitants, 12 laboureurs, bled gelé l’année dernière et peu de communaux. S’estant plaint à nous que Pierre Tallemerin, vigneron,et Philibert Dussy, munier dudit sieur de Pernes à sa considération, ne vouloient payer tailles, quoy qu’il fussent compris dans les rôles d’icelles et qu’il soit assez commodes ; Comme aussi de ce que Pierre Carnot, receveur dudit sieur,se disoit aussi exempt de tailles, pour avoir eu 12 enfants vivants non soldats.

C’était un usage de la province Bourgogne qui sera repris par l’édit de Colbert en 1666.

Vue aérienne du village de Morlet et du paysage Bourguignon | Musique aux Champs 2018
Vue aérienne du village de Morlet et du paysage Bourguignon | Musique aux Champs 2018

En 1700 Jean de Morelet écuyer, seigneur des lieux, donne son nom au village. En 1789 le cahier de doléances de Morlet fait écho de difficultés ancestrales :

Le village est un des plus pauvres de l’Autunois, tant à cause de la stérilité de son terrain qui ne produit que du seigle, que les deux tiers de ses habitants sont composés de manœuvres et de bûcherons. Les dits habitants payent aussi par chaque feu une mesure de seigle à Messieurs les curés de Saisy et Tintry chaque année, de même qu’un droit de tierce qui se perçoit au seigneur du lieu…

Les habitants demandent à être renvoyés du droit de banalité du moulin. En 1857 Le Château de Morlet passe dans la famille de Louvencourt, alliée aux Voguës. En 1904 la commune comptait 246 habitants dont deux aubergistes, deux charrons, un cordonnier, deux épiciers-merciers, deux forgerons, un maçon, un meunier, un commerçant de mouton, un marchand de tabac et de pipes, un Garde-Champêtre. Le domaine de Frétoy, château de la fin du 19ème siècle autrefois préventorium de la Croix rouge est aujourd’hui un lieu d’hébergement privé. Morlet est arrosé par les eaux de la Drée et la Digoine et cet affluent faisait autrefois tourner le Moulin Soillot. En 1904 la commune comptait 246 habitants, deux aubergistes, deux charrons, un cordonnier, deux épiciers-merciers, deux forgerons, trois maçons, un commerce de moutons, et un marchand de tabac.

5 / 8