Le village d'Epertully

Le village d'Epertully en vidéo

Le Concert audio

Le concert de noël, flûte et violoncelle à Epertully
En vidéo

Le Canton d'Epinac au début du (20ème) siècle

Le livre Le Canton d'Epinac au début du siècle de Lucien Taupenot.

sert de file rouge à l'association Musique aux Champs pour voyager dans l'histoire des villages du Canton d'Epinac en musique. Cet ouvrage sert de référence et de source, différentes pages du livres seront citées au fil du voyage.

Lucien Taupenot était un médecin et écrivain, chevalier de l'Ordre national du mérite et chevalier des Arts et des Lettres, originaire d'Epinac. Il a écrit plusieurs oeuvres de fictions et historiques sur la Bourgogne et la région de l'Autunois Morvan.

Première de couverture du livre: Le canton d'épinac au début du siècle | Lucien Taupenot 1986
Première de couverture du livre: Le canton d'épinac au début du siècle | Lucien Taupenot 1986

L'histoire du village de d'Epertully

Plan, masse de culture en relief de la commune d'Epertully 1805 | Archives de Saône et Loire ref : 3P55
Plan, masse de culture en relief de la commune d'Epertully 1805 | Archives dep. de Saône et Loire ref : 3P55
Environs de Nolay, Epertully, route de Saint-Gervais, après 1903 | Archives de Saone et Loire, Jean Coqueugniot
Environs de Nolay, Epertully, route de Saint-Gervais, après 1903 | Archives dep. de Saône et Loire ref : 6FI9691, Jean Coqueugniot (Autun)

Le nom de cette petite commune apparaît dans les archives en 1475. Il est joint à celui de Créot :

Espartilly et Créot, paroiche de Nouley...

Il y avait alors 4 feux francs les autres relevant de Monseigneur Antonin Rolin fils de Nicola Rolin. Espartuilly appartenant par moitié à Messeigneurs Blondeau et De Pernes (seigneur d’Epinac). En 1645 la recherche de feux décrit la commune de la façon suivante :

Vallon fort fertile, remplit de vignes et de terres labourables, ou estans et mis pied à terre en la maison d’Esmilan Pasquotte, procureur de la commune, et collecteur de tailles, il nous est apparu avoir en la paroisse dudict village, 32 feux (160 habitants environ) y compris trois veuves. Il n’y a que 5 laboureurs et quelques pasquiers auquels le bestail allois champoyer. La communauté avait emprunté 400 livres pour satisfaire Maistre Jean Vestu, receveur des impositions du baillage d’Ostun à cause des ordinaires exécutions qu’il leur faisoit pour leurs tailles, ledict lieu estant de condition franche, et n’ont eu depuis trois ans aucuns gens de guerre.

Le village s’est construit sur une marche géologique entre la vallée de Nolay et le plateau de Saint-Gervais-sur-Couche une sorte de respiration géologique. Il s’est constitué en deux parties mises en évidence sur le premier cadastre de 1810. Une première partie sur un léger mouvement de terrain que les anciens appelaient «Monavel» et la seconde dans un léger contrebas appelé autrefois «Valavel». C’est dans cet espace champêtre qui les sépare qu’était implantée la chapelle, sorte de trait d’union architectural.

Scène champêtre un troupeau dans la montagne bourguignone, après 1903 | Archives de Saône et Loire ref : 6FI3905
Scène champêtre un troupeau dans la montagne bourguignone, après 1903 | Archives dep. de Saône et Loire ref : 6FI3905
Photo de la chapelle d'Epertully après 1890 | Jean Coqueugniot Autun
Photo de la chapelle d'Epertully après 1890 | Jean Coqueugniot Autun

En 1689, on trouve fondation en l’église d’Epertully d’une messe à perpétuité par Maître Sébastien, procureur à la Cour demeurant à Dijon, Antoine Billaud procureur à ladite Cour et Dame Jeanne Carnot, veuve du dudit Maître Claude Mongin, Chirurgien à Autun. La dynastie Carnot, issue de Jehan Carnot, qui a son origine à Epertully est connue depuis 1475. Le pays de France est alors sous la gouvernance de Louis XI. La famille Carnot y a vécue et prospéré durant plusieurs siècles. Philibert Carnot né en 1505 à Epertully, sous Louis XII était praticien à Autun. Il aura trois enfants dont Claude Carnot son fils qui occupera la fonction de Clerc à Epertully, celui-ci aura quatre enfants.

Denis fils de Claude Carnot sera praticien au pays de 1556 à 1626. Ainsi se développe une dynastie qui va partir de ce petit village dont la descendance comptera les personnalités les plus illustres de la nation et, au final, n’aura rien moins que deux représentants au Panthéon. A l’origine la famille Carnot va avoir une influence importante sur la vie de la petite communauté. Possesseur de terres les Carnot avait droit de Fauconnerie. Cette chasse était un privilège nobiliaire et les seigneurs seuls pouvaient s'y livrer. Des éléments de construction subsistent encore, relique de la famille Carnot, le puit creusé à proximité de ce qui fut la maison Carnot, la croix de pierre dite Croix Carnot qui domine symboliquement la ville de Nolay qui va voir la dynastie prendre son essor.

Peinture de Marie François Sadi Carnot, président de la république Française (1887 - 1894) | Théobalde Chartran 19ème siècle
Peinture de Marie François Sadi Carnot, président de la république Française (1887 - 1894) | Théobalde Chartran 19ème siècle
Photo de l'intérieur de la chapelle d'Epertully | Musique aux champs 2018

En 1724, un Carnot curé de Saint-Vincent-de-Chalon est titulaire de la cure d’Epertully et Courtépée de rappeler que la chapelle d’Epertully, dédiée à Saint Marc, a été fondée par un certain G.Carnot. La chapelle aujourd’hui renferme une statuaire de qualité : un Saint-Sébastien en bois polychrome du 16ème siècle présenté dans la légende dorée d’Autun, une statue de Saint-Marc patron de la commune en bois polychrome également du 16ème siècle et une Notre Dame à l’enfant de l’époque baroque en bois peint du 18ème siècle. Pendant la révolution Française Epertully ne semble pas avoir suivi les options de son illustre descendant Lazard Carnot. Témoin, cette lettre du 2 Thermidor de l’an III, de l’agent national du district de Beaune, adressée au procureur général syndic du département de la Côtes d’Or :

Non seulement les campagnes ont accordé confiance aux prêtres déportés, mais il est à craindre que plusieurs d’entre elles ne soient disposées à les protéger contre la force armée qui tenterait de les arrêter. La gendarmerie nationale de Nolay voulant se saisir il y a quelques temps d’un prêtre déporté dans la commune d’Epertully, district d’Autun, fut assaillie par un grand nombre de d’individus de tous âges, de tous sexes, l’obligeant à se retirer.

Il semblerait que cette notion de dissidence soit inscrite dans le patrimoine génétique de la commune puisque le 2 mai 1844 le sous-préfet d’Autun émet au conseil municipal d’Epertully une requête lui demandant de statuer sur l’opportunité de réunir les communes de Saint-Gervais-sur-Couche et d’Epertully. La réponse du conseil ne souffre pas d’ambiguïté :

Quoi qu’ayant une population et un territoire moins important que ceux de Saint-Gervais-sur-Couches, le village d'Epertully tient à sa configuration en tant qu’entité communale et administrative l'ensemble étant homogène et proportionné. Par ailleurs la commune jouit de ressources suffisantes pour faire face à ses dépenses ordinaires sans avoir besoin de recours extérieurs. Considérant d'autre part que la commune d'Epertully est le chef-lieu de perception de l'arrondissement d'Autun, le conseil municipal décide unanimement qu'il n'y a pas d'opportunité à cette fusion et que au contraire, il serait grand mal que de la solliciter, se réservant de faire valoir tous les autres motifs qui pourraient la faire repousser si, ceux-ci dessus exposés ne sont pas regardés comme suffisants.

Photo de la mairie école d'Epertully | Musique aux Champs 2018
Photo de la mairie école d'Epertully | Musique aux Champs 2018

La construction de la Mairie-Ecole en 1886 est une réponse à la question posée. Il serait intéressant de connaître la réponse qui serait formulée au regard d’une telle demande aujourd’hui… Mais à l’époque les soucis des vignerons étaient sans doute ailleurs, dans le temps par exemple… Saint-Marc est en effet le patron d’Epertully et le dicton précise :

Quant ai pieut le jor de lai St Marc, dans les raisins se mettent lai vars…

Les climats aujourd’hui en exploitation sur la commune sont orientés à l’Est et au Sud et sont classés en Hautes Côtes de Beaune: La Baraude, Les Fontaines, Les Fers De Charrue, Les Perrieres, Les Chaumes Du Mont. En 1904 Epertully comptait 271 habitants administrés par le maire Collot et son adjoint Compain. L’instituteur était Monsieur Lonjarret, les aubergistes Charlot et Moreau, les bouilleurs de cru Collot et Montendey, les épiciers Charlot, Collot, Royer, les perruquiers Bresset et Commeau, Le bureau de tabac appartenait à Monsieur Charlot et l’ordre champêtre était assuré par M.Taupenot.

Photo du vignoble d'Epertully | Musique aux Champs 2018
Photo du vignoble d'Epertully | Musique aux Champs 2018

3 / 8